C’est acté. Depuis le mercredi 5 juin, le SNES – Syndicat National des Entreprises de Sécurité et l’USP – Union des Entreprises de Sécurité Privée ne font plus qu’un. Le GES — Groupement des Entreprises de Sécurité, est né.  L’objectif de cette union entre les deux organisations syndicales ? Gagner en influence face à l’Etat et aux donneurs d’ordre en défendant d’une seule voix les intérêts du secteur de la sécurité privée.

UNE UNION NÉCESSAIRE DANS UN SECTEUR EN DIFFICULTÉ

« Le marché de la surveillance humaine est aujourd’hui sous respiration artificielle. Il s’effondre sur le plan des marges avec un retour des prix anormalement bas, si bien, que les faillites sont de nouveau nombreuses ».

Rappelons-nous, c’est ce constat critique qui a insufflé l’envie aux principaux acteurs du marché de la sécurité privée, de créer le collectif « Urgence Sécurité » il y a maintenant un an.

Un constat toujours autant d’actualité. Les circonstances et événements actuels, ainsi que le renforcement du cadre légal qui assujettit la profession, ont amené à de nouvelles exigences et contraintes liées au métier depuis plusieurs années mais sans leviers financiers associés : carte professionnelle, mise en place de formations obligatoires de maintien et d’actualisation des compétences, effondrement des marges avec la fin du CICE, régulation plus rigoureuse du secteur…

En parallèle, le manque d’homogénéité des pratiques entre les acteurs de la sécurité privée est un véritable frein à la viabilité du secteur. Une atomisation responsable d’une concurrence sans merci, qui mène à une guerre des prix limitant les marges à 1% seulement en moyenne. La faible rentabilité laisse ainsi place à une diminution de la qualité de service mais également de la qualité de vie des agents de sécurité.

C’est pour lutter contre cette tendance néfaste, qu’il est aujourd’hui plus que nécessaire de relancer le dialogue social et d’unir la profession. La fusion entre les deux organisations syndicales Snes et USP arrive donc à point nommé. 

« La dualité des organisations nous est nuisible, insiste Pascal Pech -ex président du SNES. Le rassemblement sera source d’un renforcement de nos énergies. La profession a aujourd’hui atteint une limite et nous partageons le constat qu’elle a besoin d’aller plus loin. » (source PSM).

COMMENT S’ORGANISE CETTE NOUVELLE ORGANISATION?

L’Assemblée Générale constitutive de la nouvelle organisation patronale a adoptée l’ensemble des résolutions proposées au vote. Le GES — Groupement des Entreprises de Sécurité — est né.

Faisant suite à l’AG, un 1er Conseil d’Administration provisoire composé des membres du CA du SNES et du CA de l’USP (soit 28 membres), a élu le Bureau de la nouvelle entité et son Président pour un mandat de trois ans :

Président :  Frédéric Gauthey (Prosegur France)

Vice-Présidents / Président de Collège :
Elias Nahra (Groupe Triomphe Sécurité) pour le Collège des grandes entreprises
Mourad Chenaf (Octopus) pour le Collège des entreprises moyennes
Abdelhamid Faddeoui (Aetos) pour le Collège des petites entreprises

Trésorier :  Frédéric Laisney (Challancin)
Adjoint Trésorier : Luc Guilmin (Sécuritas)

+ d’infos ici. 

Vous avez un besoin et souhaitez nous contacter ?