logo-securalliance
Surveillance humaine : le groupement Securalliance compte accentuer sa croissance en 2015
Par Gabriel Thierry

Le GIE (groupement d’intérêt économique) Securalliance ambitionne de signer pour 15 millions d’euros de contrats de surveillance humaine au cours de l’année 2015, apprend AEF Sécurité globale auprès de son nouveau président, Florian Pette. L’année précédente, l’objectif, alors évalué à 5 millions d’euros, avait été dépassé, le GIE réalisant au total la signature de 7,5 millions d’euros de contrats. « Aujourd’hui, nous sommes vraiment une alternative aux grands groupes », souligne Florian Pette, également gérant du Groupe SGP.

« En 2015, nous serons présents sur de nombreux appels d’offres », avertit Florian Pette, président du GIE Securalliance. « Nous avons désormais l’expérience de plusieurs contrats-cadre nationaux, et nos process sont bien établis : il n’y a donc rien qui ne pourrait empêcher de récupérer des contrats issus de grands comptes », ajoute-t-il. « Ce qui nous différencie des grands groupes de surveillance humaine, c’est notre réactivité, notre chaîne de décision, qui est celle de PME, notre côté humain et notre suivi. »

OBJECTIF DE 90 MILLIONS D’EUROS DE CHIFFRE D’AFFAIRES

Securalliance estime désormais couvrir plus de 90 % du territoire national, compte 24 agences dans son réseau et comptabilise un chiffre d’affaires total de 70 millions d’euros en 2014. Le GIE compte atteindre un chiffre d’affaires annuel de 90 millions d’euros en 2015, ajoute Florian Pette, qui revendique la place de septième acteur national des prestataires de surveillance humaine. « Si, au départ, il existait des interrogations du côté de nos clients, qui trouvaient l’idée d’un GIE sympathique » tout en restant dubitatifs, celles-ci « ont disparu avec la signature des premiers contrats ».

Outre ces objectifs financiers, le GIE veut également favoriser le travail en réseau des services supports des entreprises membres. « Ils travaillent de plus en plus ensemble, ce qui permet d’obtenir des synergies sur les process, d’échanger sur les bonnes pratiques », souligne Florian Pette. Une réunion des différents services supports des entreprises membres est ainsi prévue en mars prochain, tandis que des réunions communes sont organisées entre services des ressources humaines ou responsables qualité.

Le GIE Securalliance regroupe désormais six sociétés, ASC Sécurité, ATS, BSL Sécurité, DPSA Île-de-France, Groupe Protector, et Groupe SGP. L’entreprise Progard France, qui a quitté le GIE à la fin décembre 2014, a été remplacée par la société ATS, dirigée par Hugues Pellegrini, également président de l’ADMS (lire sur AEF). « Nous avions des divergences d’idées sur la stratégie à entreprendre », précise Florian Pette au sujet du départ de Progard France. Il souligne également « le savoir-faire très intéressant » de la nouvelle entreprise entrante, ATS, dans le domaine des rondes et des interventions.

La création d’un nouveau consortium d’entreprises de sécurité privée par des sociétés membres du Snes est enfin saluée par Florian Pette. « Cela montre que l’idée de départ est bonne, cela nous conforte dans notre idée, et nous sommes très heureux de voir qu’un deuxième acteur est en train de se constituer », poursuit-il. Le président du Snes, Jean-Pierre Tripet, avait indiqué dans une interview à AEF Sécurité globale que ce nouveau consortium, « qui vole de ses propres ailes, pourrait, s’il aboutit, constituer le quatrième acteur national de la surveillance humaine » (lire sur AEF).
Paris, le 18/02/2015 Dépêche n°495783

À LIRE AUSSI

· « Le GIE Securalliance couvre désormais environ 95 % du marché » (Patrick Senior, président)
Publiée le 14/02/2014 <http://www.aef.info/abonne/depeche/474519>
· Le GIE Securalliance nomme un nouveau directeur commercial, Laurent Parise
Publiée le 27/09/2013 <http://www.aef.info/abonne/depeche/181576>
· Cinq entreprises de sécurité privée lancent un GIE baptisé « Securalliance » pour répondre ensemble à des appels d’offres nationaux
Publiée le 10/01/2013 <http://www.aef.info/abonne/depeche/198380> »